Les 'Business Cases'

Depuis quelques années un sujet revient souvent dans le management de projets; c'est celui du 'Business Case' bien sûr. Pourquoi ? Parce qu'il me semble que si la plupart des projets ont toujours visés des résultats définis en coûts, en délais et en heures, mais la justification de l'intérêt du projet restait hors champs; même si c'est souvent (ou devra l'être) la partie qui prend le plus de temps et qui consomme le plus d'investissements en ressources.

 

Il n'est pas évident à bâtir, pourtant, ce 'business case'. Trop fréquemment, il contient des facteurs clés de performances faciles à mesurer, mais non des indicateurs clés de réussite, très importants mais parfois difficiles dans la définition, au moins initialement...

Une bonne séance de travail en équipe sera très propice pour la définition d'un bon 'business case' ('cas d'affaire ou cas métier, selon si vous êtes Québécois ou Français.)

Dans les méthodes émergentes 'agiles', nous avons le
'le planning poker', et dans le management de projet 'traditionnel' nous retrouvons la définition d'une structure de découpage de projet, avec un travail en équipe sur l'affectation des lots réalistes en effort et en temps.

Dans des approches structurées comme PRINCE2 et des démarches agiles comme AgilePM on travaille le 'business case' et on l'utilise comme référentiel 'contractuel' pendant toute la vie du projet. Il existe des exemples: disponible ici aux Pays de Galles et ici à Boston.

Toutefois, l'équivalent d'une session de travail en équipe pour la définir ... reste à définir. Nous avons tous intérêt à créer une approche pour les 'business cases', comme celles qui existe ici pour des 'business models'.





rss


sitemap xml